Retapisser un fauteuil de façon traditionnelle
Tutoriel : étapes 6 à 10


⏪ Voir les étapes 1 à 5 Les étapes 6 à 10 ci-dessous ⏬ Voir les étapes 11 à 15 ⏩

6. Pose de la toile forte

C’est une étape sympa où on se repose de l’effort intense du guindage, mais il ne faut pas perdre le nord de la toile.

Les dimensions de la toile forte sont celles de la ceinture augmentées de 5 cm.
Il est important de tracer les axes pour assurer le bon équerrage de la toile sur le siège.
On la fixe en faisant un pli sur le dessus à l’angle du chanfrein de la ceinture.
Les semences sont disposées tous les 2 cm, en partant du milieu de chaque côté en vis à vis et alternativement. Cela permet de bien tendre la toile sans décaler l’équerrage.
Ne pas mettre de semences dans les taquets.

A la différence de la fixation des ressorts sur les sangles, il faut faire une clé et non une simple boucle avec la ficelle pour les fixer à la toile forte.

pose toile forte fauteuil - étape 1
Pose de la toile forte
pose toile forte fauteuil - étape 2
Couture des ressorts sur la toile au moyen de 4 clés par ressort
pose toile forte fauteuil - étape 3
État final

7. Mise en crin végétal

C’est une étape de gros travail tactile, où la sensibilité des doigts est sollicitée… ainsi que le nez par l’odeur tenace du crin.

L’objectif est d’enrouler des poignées de crin autour de boucles de ficelle de 13 cm environ et de deux doigts de hauteur cousues, sur la toile forte au moyen de points arrière (lacets).

Les rangées de lacets sont disposées transversalement, espacées d’une petite dizaine de cm sur la profondeur, avec une marge de 2 cm par rapport aux bords.
NB : pour un dossier, les lacets sont disposés verticalement.

C’est à ce moment là qu’on détermine la hauteur de la pelote de crin et aussi son angle de fuite vers l’arrière en jouant sur l’épaisseur des poignées de crin, plus importante sur le premier tiers avant de l’assise.
Comme les ressorts ont tendance à faire bomber la pelote, on peut en tenir compte en diminuant l’épaisseur de crin sur les parties centrales.
Dans le doute il vaut mieux trop de crin plutôt que pas assez car il est plus facile d’en retirer que d’en ajouter.
Le cardage manuel de l’ensemble du crin posé est important pour l’homogénéité et la souplesse de la garniture. Difficile de savoir quand il faut s’arrêter.

pose crin vegetal fauteuil - étape 1
Première rangée de lacets
pose crin vegetal fauteuil - étape 2
Ensemble des lacets
pose crin vegetal fauteuil - étape 3
Cardage manuel d’une poignée de crin végétal
pose crin vegetal fauteuil - étape 4
Mise en place du crin sous le lacet
pose crin vegetal fauteuil - étape 5
Égalisation manuelle de la garniture

8. Emballage et Traçage

Étape stratégique pour la mise en forme du siège… A la fin, on doit pouvoir dire « Quelle belle pelote ! ».

Pendant cette étape on emprisonne le crin végétal dans une toile d’embourrure, avant d’effectuer le piquage de points de maintien.
La toile d’embourrure, rentrée sous le crin, est fixée temporairement au moyen de houseaux piqués au ras de la ceinture. On vérifie la tension de la toile de l’arrière vers l’avant, afin qu’elle maintienne le crin sans plis.
On ajoute ou retire du crin, on peut jouer aussi du tire-crin pour en déplacer. Il suffit de glisser le tire de quelques cm dans la garniture et de lui faire décrire un arc de cercle autour du point d’insertion pour déplacer un peu de crin à l’endroit voulu.
Il faut se concentrer sur la régularité du centre de la garniture qui deviendra inaccessible lorsque les points de fond auront été placés.
Ménager des plis dans les angles en les bloquant avec un houseau vertical. La palette circulaire du tire-crin est bien adaptée pour rentrer la toile à l’intérieur du pli dans les angles.

Il est conseillé de s’asseoir sur la garniture en effectuant quelques mouvements de bassin pour la tasser à la bonne mesure.

emballage et traçage fauteuil - étape 1
Emballage avec la toile d’embourrure
emballage et traçage fauteuil - étape 2
Mesure des 10 cm
emballage et traçage fauteuil - étape 3
Positionnement des points de fond

9. Point de fond et rabattage

C’est une étape dangereuse car le maniement de l’aiguille à double piques est redoutable…

L’objectif est d’emprisonner le crin végétal entre la toile forte et la toile d’embourrure.

Il faut d’ abord tracer les points de fond à 10 cm de l’aplomb du bord et les répartir sur le pourtour et le centre de la pelote (cf. Photo).
Se référer au schéma pour réaliser les points de fond. Il est parfois difficile de maîtriser le point de sortie sur le dessus de la garniture. Il suffit alors de repiquer dans ce trou et de ressortir à 1 cm du point d’entrée.

Pour le rabattage on retirera les houseaux pour finaliser la pose de la toile d’embourrure.
Pour adapter la toile à un seul angle d’un montant ou d’un taquet, on pratique un crantage droit dans l’axe de la diagonale du montant.
Pour adapter la toile aux deux angles d’un montant ou d’un taquet, on pratique un crantage en Y en commençant comme un crantage droit puis en positionnant la fourche du Y à 2cm du montant et puis en continuant chacune des deux branches jusqu’à chacun des deux angles.
On plante ensuite les semences, avec le ramponneau, à travers le pli de la toile (avec un repli de l’ordre de 3 cm) sur le chanfrein de la ceinture et des taquets, en commençant par le milieu des côtés.

Il faut porter un soin particulier au rabattage près des angles où la garniture doit bien épouser les décrochements éventuels et ne pas présenter un excès ou un défaut de crin. L’angle de la garniture doit être bien d’aplomb avec le siège.

Point de fond et rabattage fauteuil - étape 1
Aiguille double à utiliser pour les points de fond
Point de fond et rabattage fauteuil - étape 2
Départ du point de fond
Point de fond et rabattage fauteuil - étape 3
Schéma de réalisation du point de fond
Point de fond et rabattage fauteuil - étape 4
Trajet de la ficelle pour les points de fond de l’assise

10. Piquage des points de maintien.

C’est là que le tapissier fait de la basse couture avec de la ficelle…

Maintenant que la forme est donnée, il faut la consolider au moyen de rangées de points de maintien de la garniture, piquées sur les quatre côté du siège. Le nombre de rangées joue sur la résistance mais aussi sur la fermeté, voire la dureté de l’assise.

Avant de commencer le piquage il faut travailler les bords de la garniture avec le tire-crin pour redonner de la hauteur à la garniture en ramenant sous la toile le crin rabattu par l’étape précédente.

Si nécessaire on débute par le piquage des coins.

L’assise des sièges à ressorts comporte le plus souvent deux rangées de points avant et une rangée de points arrière noués pour le bourrelet.

Le premier piquage de points avant s’effectue avec un carrelet assez long pour introduire la ficelle au ras des semences et la ressortir sur le dessus, à proximité des points de fond, à environ 9 cm de l’aplomb de la ceinture. Les points sont espacés d’un peu moins de 2 cm et tendus modérément.

Le deuxième piquage de points avant s’effectue avec un carrelet moins long pour introduire la ficelle à 2 cm environ au-dessus des semences et la ressortir sur le dessus, à environ 3 cm en avant de la ligne précédente. Les points sont un peu plus serrés et tendus que la rangée précédente.

Le troisième piquage est celui du bourrelet en points arrière noués. Les points d’entrée et de sortie de la ficelle dépendent de la taille et de la forme du bourrelet demandées par le style du siège qui a évolué au fil du temps :

piquage des points de maintien bourrelet

Pour les bourrelets les plus minces on peut ajouter un quatrième piquage en points de feston.

Pour les bourrelets larges on peut remplacer le point arrière noué par un point de bourrelet caché.

Piquage assise points de maintien - étape 1
Tracé des lignes de points de maintien
Piquage assise points de maintien - étape 2
Tracé des lignes de points de maintien
Piquage assise points de maintien - étape 3
Tracé des lignes de points de maintien
Piquage assise points de maintien - étape 4
Tracé des lignes de points de maintien

Piquage des coins

Il y a autant de procédures de piquage de coins que de tapissiers. J’ai choisi celle-ci par hasard et comme elle me convient bien, je vous la présente.

piquage des coins du fauteuil
Piquage des Coins

Sur chaque face verticale, à partir de la pointe haute de l’angle, on trace les deux diagonales à 45 degrés. Sur la face horizontale, on trace sur la diagonale, un segment égal à la hauteur de la garniture.
On trace les points comme sur le schéma ci-dessus (cas standard). On peut en ajuster le nombre en fonction de la hauteur de la garniture.
On pique la ficelle avec une aiguille courbe dans l’ordre croissant des numéros.
Sur le schéma, les numéros verts correspondent à un point d’entrée du fil dans la garniture, les numéros rouges correspondent à un point de sortie du fil.
Les traits pleins jaunes montrent la ficelle visible. Le trajet 1-2 en pointillés est donné comme exemple d’un trajet dans la garniture, la suite de ce type de trajet n’est pas figurée, pour ne pas alourdir le schéma.
On peut commencer par n’importe quel côté du coin, mais il faut veiller à bien alterner.
En 1 il faut prévoir un nœud de départ et en 25 un nœud d’arrivée.
Si la hauteur de la garniture est importante on peut doubler les points pour assurer une bonne tenue dans le temps.
Une fois le piquage de 1 à 25 réalisé ( 21 et 22 sont sous-entendus!), on peut fermer le pli, de haut en bas avec un point de feston montré sur le deuxième schéma.

« Voir les étapes 1 à 5 Voir les étapes 11 à 15 »